Rechercher sur le Site

Panne de chauffage ? Températures trop froides ? Que faire ?
Publié le 17 janvier 2021 | SNUDI-FO 27

L’employeur doit protéger ses agents et la municipalité a la responsabilité des conditions d’accueil du public et fermer l’école le temps de la réparation !

Comme chaque année, d’une manière récurrente, plusieurs écoles sont privées de chauffage durant la période hivernale, parfois ponctuellement, parfois plus longtemps. Entre 9 et 11°C dans les classes…même avec des chauffages d’appoint.

Faire cours avec les manteaux dans ces conditions n’est pas concevable, d’autant qu’avec la mise en œuvre des protocoles sanitaires, nous devons aérer régulièrement les salles.

C’est donc la responsabilité de l’employeur, en lien avec la collectivité locale, de décider la mise en place immédiate de matériel de chauffage ou d’une mesure de fermeture exceptionnelle de l’établissement, en lien avec la préfecture, le temps que les travaux soient réalisés.

Que dit la réglementation ?

C’est à notre employeur de veiller à ce que les locaux soient correctement chauffés !
Il doit prendre les mesures nécessaires afin que la sécurité et la santé des personnels soient assurées (voir art L 4121-1 du Code du Travail) en s’assurant que les températures des locaux sont convenables.

Pour leur part, les collectivités locales (dans le premier degré, les mairies, propriétaires des locaux scolaires), ont l’obligation de pourvoir aux installations nécessaires, à leur entretien et à leur bon fonctionnement. Elles ont la possibilité de se retourner contre les entreprises privées qui auraient failli au contrat passé entre eux.

En cas d’impossibilité de rétablir une température « convenable » dans les plus brefs délais, les personnels sont en droit de considérer leur santé (et celle de leurs élèves) en danger !

Ils peuvent aviser l’autorité administrative en consignant les faits par écrit dans le « Registre Santé et Sécurité au Travail » (conformément aux dispositions du décret n°82-453 du 28 mai 1982 modifié par le décret n°95-680 du 9 mai 1995).

Qu’est-ce qu’une température « convenable » ?

Le code du travail stipule qu’il est obligatoire de chauffer les locaux pendant la saison froide et que la température doit être « convenable » (art R 232-6, décret 87-809). Plusieurs sources officielles donnent des valeurs indicatives.

Parmi elles, l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) et l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) recommandent l’application de la Norme Afnor NF S 35-121 (ISO 7730).

Type d’activité Température de la pièce
Activité légère, position assise 20° – 22° C
Activité debout 17° - 19° C
Activité physique soutenue 14° - 16° C

Le décret n°74-1025 du 3 décembre 1974 précise les conditions de limitation de température des locaux : il indique dans son article 2 une température moyenne de 20° dans les locaux à usage d’enseignement en période d’occupation (article 2) et précise la durée des périodes dites d’inoccupation (article 3)

Quelle procédure engager ?

Retrouvez les différents outils à utiliser à la fin de ce message.

1er temps : Dès que vous constatez une anomalie dans le fonctionnement du chauffage, vous devez alerter les services municipaux. Côté éducation nationale (employeur), vous devez remplir une fiche RSST et l’envoyer à votre IEN, copie au SNUDI-FO 27.

2ème temps : Si la Mairie refuse ou n’est pas capable de prendre en charge les réparations immédiatement, ou d’apporter un chauffage d’appoint, vous devez remplir individuellement (chaque collègue) une fiche RDGI (registre danger grave et imminent). Vous indiquez la situation précise et depuis combien de temps vous subissez la situation. Vous n’activez pas à cette étape votre droit de retrait.

Nous vous conseillons de faire cette démarche avec un représentant FO au CHSCT départemental (Matthieu Laguette 06 51 72 57 23 / Patrice Martineau 06 31 96 60 67 / David Michel 06 37 04 24 89)
Vous transmettez cette fiche à votre IEN + copie au syndicat qui le transmet à l’IA pour un enregistrement rapide.

L’IA est obligé de répondre immédiatement à la situation de « danger grave et imminent » au risque d’être responsable légalement des conséquences sur la santé physique et mentale des agents sous sa responsabilité.

3ème temps : Si la Mairie et l’IA n’arrivent pas à trouver une solution acceptable pour régler le problème le lendemain, vous remplissez individuellement une 2ème fiche RDGI en indiquant que vous exercerez votre droit de retrait. Vous transmettez à l’IEN + copie au syndicat.

Là encore, nous vous conseillons de faire cette démarche avec un représentant FO au CHSCT départemental.

Ce jour-là, vous n’acceptez pas les élèves en classe (prévenir les parents la veille), vous informez par voie d’affichage devant l’école de la situation : « les enseignants exercent leur droit de retrait concernant le problème du chauffage (x° C dans les classes aujourd’hui). Aucun élève ne sera accepté à l’école aujourd’hui »
Vous restez cependant à l’école, dans un endroit confiné et chauffé (salle des maîtres) pour éviter un éventuel retrait de salaire et vous attendez les consignes de votre IEN.
Prévenir le syndicat de la situation qui pourra vous conseiller précisément.

Vos outils :

- Utiliser le RSST (registre santé sécurité au travail)
- Fiche RSST départementale 1er degré :

RSST école


- Fiche RDGI (registre danger grave et imminent) : avec vos représentants FO

Registre Danger Grave et Imminent (RDGI)


- Droit de retrait

Exercer son droit de retrait
cale




Documents Liés
Exercer son droit de retrait
PDF - 197.3 ko
RSST école
PDF - 120.3 ko
Registre Danger Grave et Imminent (RDGI)
PDF - 103.2 ko
SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo