Rechercher sur le Site

CORONAVIRUS : INFORMATIONS DIVERSES
Publié le 20 mars 2020 | SNUDI-FO 27

Depuis vendredi 13 mars, l’épidémie de Coronavirus a amené le président Macron à prendre des mesures drastiques avec, notamment, un confinement général.

Les conséquences de cette épidémie dans les écoles sont marquées par le flou des consignes délivrées aux directeurs d’école. Jour après jour, sur leur messagerie, voire sur leur téléphone, ils reçoivent des consignes parfois contradictoires, parfois non règlementaires et souvent inapplicables.

Nous rappelons d’ailleurs que :
- c’est aux autorités hiérarchiques (inspecteurs d’académie, IEN…) et non aux directeurs d’organiser l’accueil des enfants de soignants sur la base du volontariat ;
- C’est aux recteurs et IA DASEN de fournir le matériel de protection nécessaire aux enseignants volontaires (masques de protection, gants, gel hydro-alcoolique) ;
- Les directeurs d’école sont avant tout des enseignants, professeurs des écoles ou instituteurs, et n’ont aucune obligation de se rendre à l’école s’ils ne sont pas volontaires ;
- Les directeurs d’école ne sont pas supérieurs hiérarchiques et n’ont pas à désigner les collègues volontaires pour garder les enfants de soignants.

Nous invitons à lire le communiqué du SNUDI FO : ICI

Lundi soir, le président Macron a annoncé hier une nouvelle série de mesures drastiques : un confinement généralisé pour « au moins 15 jours ».
La crise sanitaire est en effet manifeste et personne n’ignore l’état alarmant dans lequel se trouvent les services publics, et notamment le service public hospitalier, ravagé par des années de coupes budgétaires.

Les personnels de l’Education nationale sont appelés en soutien (sur la base du volontariat), notamment pour la garde d’enfants des personnels soignants.

Dans cette situation exceptionnelle, il ne suffit pas d’appeler les Français à se « hisser à la hauteur du moment » : il faut donner au service public les moyens de faire face. Il faut arrêter :
- les suppressions de postes,
- les contre-réformes et la destruction des statuts.
Il faut que les personnels volontaires puissent travailler en toute sécurité, que leur santé soit préservée.
C’est pourquoi la FNEC FP FO considère qu’il n’y a pas de quarantaine pour les revendications (notamment le retrait de la réforme des retraites).

Alors qu’actuellement les IEN mènent une campagne invitant les PE à se rendre dans les écoles pour garder les enfants de personnels soignants, plusieurs collègues volontaires nous ont fait remonter le manque de matériel de protection dans les écoles : gants, gel, masque.

Déjà, le fait de regrouper les élèves des parents soignants et les personnels dans les écoles interroge… mais quoi qu’il en soit, nous exigeons que les collègues restent volontaires et ne subissent aucune pression.
De même, ils doivent être protégés : toutes les mesures sanitaires et les moyens pour les respecter doivent être mis à disposition (masques, gants, gel…). Les collègues volontaires n’ont pas à mettre leur santé en péril et l’administration se doit de les protéger.
Et c’est bien de volontariat dont il s’agit, aucun collègue ne peut être réquisitionné, aucune pression ne doit être exercée.

Le SNUDI-FO 27 l’a fait remonter à la DSDEN 27 par le biais d’un courrier : nous continuerons d’exiger que toutes les mesures de protection soient mises à disposition de tous les collègues volontaires.

Courrier du SNUDI FO 27 sur le COVID 19 et ses conséquences

Rappelons que le président de la République a cité 6 fois le mot « GUERRE » face au Coronavirus. Aurait-on vu une armée aller à la guerre sans armes et sans casque (ou protections) ?

Remplissez le Registre Santé Sécurité au Travail si vous êtes dans une école sans moyen de protection ou si le nombre d’enfants est supérieur à 10.
Envoyez-le à votre IEN et au SNUDI FO 27

Autres informations :

- Certains IEN demandent aux équipes de fournir un bilan détaillé du travail à distance proposé par les collègues. Le SNUDI FO 27 rappelle la liberté pédagogique et qu’aucun texte oblige les collègues à fournir leur travail individuel (comme le cahier journal).
Contactez le SNUDI FO 27 si vous subissez des pressions.

Au niveau de la transmission des numéros de téléphone, le SNUDI FO 27 rappelle que cela doit se faire uniquement sur la base du volontariat.

Pour rappel : Toutes les animations pédagogiques sont annulées. Toutes les réunions d’information syndicale du SNUDI-FO 27 sont reportées.

Le SNUDI-FO 27 reste disponible pour toutes questions que vous auriez (snudifo27@gmail.com ou 06 51 72 57 23 ou 06 28 32 57 22 ou 06 31 96 60 67 ).
Nous continuerons de vous informer au fur et à mesure des informations.

Le SNUDI-FO vous souhaite le meilleur en cette période inédite et n’oublie pas, qu’en toute indépendance, l’action du syndicat est de défendre les intérêts matériels et moraux des salariés et de leurs adhérents.

Le « télétravail » : ses modalités sont définies dans le décret 2016-151 du 11 février 2016

Il y a un risque que le Ministère utilise ultérieurement le télétravail qui pourra être mis en place dans la période qui s’ouvre, pour remettre en cause une nouvelle fois les statuts particuliers. La circulaire du 13 mars 2020 précise ainsi que : « Chaque établissement organise son dispositif d’enseignement à distance ». C’est l’autonomie poussée à son paroxysme.

Il convient de rester vigilant que les textes réglementaires ne soient pas contournés, à savoir :
a) volontariat de l’agent :il est obligatoire, car selon l’article 5 du décret : « L’exercice des fonctions en télétravail est accordé sur demande écrite de l’agent. »
b) modalités d’organisation, jours de la semaine travaillés, lieux d’exercice : selon ce même article 5, c’est à l’agent de les préciser (et non à sa hiérarchie), si, et seulement, s’il est volontaire !
c) si l’agent est volontaire : selon l’article 6, « l’employeur prend en charge les coûts découlant de l’exercice ».

cale




Documents Liés
Courrier du SNUDI FO 27 sur le COVID 19 et ses conséquences
PDF - 137.1 ko
SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo